Ressources humaines

Spécificités d'un licenciement en Belgique

Nos voisins belges connaissent une procédure de licenciement plus souple qu'en France. En effet, la loi belge prévoit soit le respect d'un préavis, soit le versement d'une indemnité compensatrice. De plus, l'employeur n'est pas tenu de motiver le licenciement lors de sa notification.

Option entre le respect d'un préavis et le versement d'une indemnité compensatrice

Le licenciement s'effectue soit avec le respect d'un préavis soit avec le versement d'une indemnité compensatoire, sauf si le licenciement a lieu pour motif grave (dans ce cas, le licenciement aura lieu sans préavis ni indemnité).

En cas de rupture du contrat de travail par l'employeur avec préavis, aucune indemnité ne sera versée.
La procédure à respecter devra tenir compte, outre des dispositions légales, des éléments prévus dans le contrat de travail et de la convention collective dont relève l'entreprise.

Concernant la durée du préavis, celle-ci variera en fonction de la rémunération du salarié, de son ancienneté, ainsi que de son statut (ouvrier ou employé).
Pour les ouvriers, elle sera essentiellement fonction de l'ancienneté.
Pour les employés, les délais de préavis sont fonction de l'ancienneté et de la rémunération.

Lors d'un licenciement avec indemnité compensatrice de préavis, le montant de l'indemnité, payée en une seule fois, sera égal à la rémunération en cours correspondant à la durée du délai de préavis.

Notification du préavis, sans obligation d'exposer les motifs du licenciement

La notification du préavis de licenciement doit avoir lieu soit par lettre recommandée, produisant ses effets au troisième jour ouvrable suivant son expédition, soit par exploit d'huissier de justice, produisant ses effets le jour de la signification. Dans les deux cas, elle doit indiquer obligatoirement le début et la durée du préavis.

L'employeur n'est en principe pas tenu de motiver, dans la notification du préavis, sa décision de mettre fin au contrat de travail. Toutefois, il est préférable qu'il ait des motifs réels afin d'éviter une procédure de licenciement abusif.

Ceci est notamment vrai pour les ouvriers: la loi leur accorde une présomption réfragable du caractère abusif du licenciement. C'est donc à l'employeur d'apporter la preuve qu'il a de réels motifs de licenciement.

A noter que les motifs du licenciement doivent impérativement figurer dans l'attestation de chômage que l'employeur remet à l'employé le dernier jour de travail.

Une question pour réussir son développement à l'international ? les experts SVP vous répondent !

Cliquez ici pour retrouver toutes nos informations sur les relations internationales

Cette lettre est réalisée par : Say Yiek Chhe, Nathalie Vuillet, Robert Giovannelli, Laure Istria


ARTICLE LE PLUS RÉCENT

Cotisations des indépendants : un nouveau service mis en place par l'URSSAF

Ressources Humaines / Alerte RH
09/06/2023
L'URSSAF vient de mettre à disposition, au 9 juin 2023, un service dédié au calcul des cotisations suite à la déclaration de revenus des travailleur·euse·s indépendant·e·s.
LIRE LA SUITE TOUS LES ARTICLES

LIVRE BLANC DE LA SEMAINE

TÉLÉCHARGER LE LIVRE BLANC
TOUS NOS LIVRES BLANCS
Veuillez patienter s'il vous plait