Énergies : Marchés & sourcing

Le secteur de l’énergie regroupe les entreprises qui produisent, commercialisent et distribuent de l’énergie. Le nucléaire représente 42% de notre consommation d’énergie contre 30% pour le pétrole, 14% pour le gaz, 10% pour les énergies renouvelables et les déchets et 3% pour le charbon. Le marché de l’énergie s’oriente de plus en plus vers les énergies renouvelables, face notamment à la raréfaction du pétrole, aux impacts négatifs des énergies fossiles, à la dangerosité et au coût du nucléaire et à la difficulté de traiter ses déchets ou à son manque d'acceptabilité après les grandes catastrophes de Tchernobyl et Fukushima.

Les experts spécialistes dans le domaine de l’énergie vous accompagnent pour suivre les tendances majeures des différentes filières, et identifier des acteurs par segment de marché et zones géographiques. Ils vous accompagnent également sur les problématiques liées à la mesure des perspectives d’évolution des différentes filières en tenant compte des comportements d’achat des professionnels et des particuliers.

Les experts SVP vous apportent des réponses opérationnelles sur les questions que vous vous posez au quotidien.

Exemples de problématiques auxquelles nos experts répondent chaque jour :

- Avez-vous des informations sur le développement du marché de l’effacement énergétique en France ?

- Quel est l’état des lieux de la filière photovoltaïque en France ?

- Quelles sont les entreprises françaises intervenant dans la fabrication d’éoliennes offshore ?

- Que représente le marché des biocarburants en Espagne ?

- Quels sont les principaux fournisseurs de granulés de bois en France ?

LES ARTICLES

Pétrole : le cours du Brent est en soldes

Marchés & sourcing / energie
La cotation moyenne du prix du baril de Brent s‘est effondrée depuis plus d'un mois ; cela est en corrélation avec la pandémie de coronavirus qui affecte l'économie mondiale. Cette dépréciation est de - 50,80% depuis le 24 février dernier, date à laquelle le cours du Brent atteignait une valeur déjà faible de 56,16$ le baril. Un mois plus tard, le 24 mars, le prix du baril de Brent arrivait à 27,7$ le baril, après avoir atteint les 25,3$ le baril le 18 mars. Les prix du baril de pétrole n'ont jamais été aussi bas depuis 2003 (dû à l'époque à l'invasion de l'Irak).
LIRE LA SUITE

Pétrole : le Coronavirus infecte le cours du Brent

Marchés & sourcing / energie
La cotation moyenne du prix du baril de Brent a subi une dépréciation de 14,5% tout au long du mois de janvier de l'année 2020 passant de 66,23$ le 2 janvier, à 56,62$ à la fin du mois. Le prix du baril continu sa chute vertigineuse, en passant d'une moyenne de 67,12$ pour décembre à 63,65$ en janvier, soit une diminution de 9,44%. Le mois de février ne semble pas faire exception, car malgré une légère hausse des prix, le cours du Brent se situe toujours en dessous de la barre des 60$ le baril. Le prix du baril est même tombé sous les 53,50$ le 8 février, ce qui n'était pas arrivé depuis la fin du mois de Décembre 2018 ! La cause de cette chute du prix du baril est sans nul doute la propagation et la crainte suscitée par le COVID-19, plus communément nommé Coronavirus. Le fait qu'il s'agisse d'un nouveau virus et qu'aucun vaccin n'est actuellement disponible font du Coronavirus un des sujets d'inquiétudes majeurs pour les acteurs pétroliers. Cette crainte est surtout attisée par le fait que l'épidémie s'est déclarée en Chine, dont les activités énergétiques et économiques du territoire représentent 14% de la consommation mondiale de pétrole. Cette baisse du cours du Brent traduit bien l'importance de la consommation chinoise en pétrole, car il suffit que l'économie chinoise tousse pour que les marchés du pétrole soient malades.
LIRE LA SUITE

Inflation : hausse de +1,5% sur un an en décembre 2019

Marchés & sourcing / energie
En décembre 2019, les prix à la consommation sont en hausse de l'ordre de +1,5% sur un an contre +0,8% le mois précédent. Cette hausse des prix sur les douze derniers mois résulte essentiellement d'une inflation des prix alimentaires (+2,1% sur an), des prix de l'énergie (+2,6% sur un an) et des prix des services (+1,4% sur un an). A contrario, les prix des produits manufacturés contrebalancent cette tendance annuelle (-0,3% sur un an).
LIRE LA SUITE

Pétrole : le cours du Brent toujours rythmé par les tensions géopolitiques

Marchés & sourcing / energie
La cotation moyenne du prix du baril de Brent a connu une augmentation de 9,6% tout au long du mois de décembre de l'année 2019 passant de 60,82$ le 2 décembre, à 66,67$ à la fin du mois. L'évolution des prix en ce début du mois de janvier a été rythmée par les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran ; en effet, les prix du Brent ont directement grimpé de 3,5% après la mort du général iranien Suleimani. Ils ont franchi la barre des 69$ au matin du 6 janvier, soit un palier qui n'avait pas été atteint depuis mai 2019. La crainte des marchés pétroliers s'est ensuite intensifiée peu de temps après, suite à l'envoi de missiles iraniens sur des bases américaines en Irak. Le cours du Brent a encore une fois sursauté au matin du 8 janvier, craignant une escalade entre les deux pays. Néanmoins, Donald Trump s'est très vite exprimé sur ces attaques en exprimant sa volonté d'apaiser la situation ; cette stratégie de " tordre le bras " à l'adversaire puis lui " tendre la main " est caractéristique de la diplomatie du président américain. Ceci dit, à la suite de cette volonté d'apaisement de la part de Trump, mais aussi de la part du chef de la diplomatie iranienne affirmant que les " représailles proportionnées de la nuit sont terminées ", le cours du pétrole a été ramené à 64,34 $ le 15 janvier, soit le prix moyen du baril pour l'année 2019.
LIRE LA SUITE

Pétrole : un cours du Brent en hausse mais un marché prudent

Marchés & sourcing / energie
Malgré les récents évènements au Proche-Orient suite à l'attaque de drones sur les terminaux pétroliers Saoudiens, la hausse mensuelle du pétrole brut n'a pas été aussi importante que ce à quoi s'attendaient les spécialistes. En effet, la cotation moyenne du baril du Brent fût de 59,71$ au mois d'octobre et de 63,21$ pour le mois de novembre. Cette moyenne rattrape celle du mois de septembre après deux grandes chutes du prix du baril le 30 octobre (58,60$) et le 19 novembre (60,60$). Le prix du baril de Brent reste donc encore très faible pour le mois de novembre, cela s'explique par une forte production du pétrole de schiste aux Etats-Unis qui inondent les marchés pétroliers et faits, de surcroît, baisser les prix.
LIRE LA SUITE
Veuillez patienter s'il vous plait